Questions fréquentes !

Cette section répond à un certain nombre de questions fréquemment posées. Il n'y a pas d'ordre logique pour autant. Les questions les plus fréquemment posées sont reprises en haut de la liste.

Toutes les questions commencent par "Si la surmortalité est vraiment limitée à quelques % s’élève-t-elle ?..."


..., Pourquoi nos hôpitaux sont-ils sous pression?

C'est un peu naïf de blâmer uniquement le COVID-19 de la pression transmise sur nos hôpitaux. La vérité est qu'il y a d'autres causes qui font que le système de santé est sous pression aujourd'hui !

Premièrement, une politique d'épargne est-là depuis plusieurs années. Au cours de ces 10 dernières années, le nombre de lits d'hôpitaux «aigus » reconnus a été réduit d'au moins 3 450 lits (-9%).



Dans le même temps, notre population a augmenté de 6% et la tranche de notre population de 65 ans et plus de 18.5% (notre population de 85 ans et plus, a quant à elle même évoluée d'environ 40%).

De plus, la politique actuelle a des effets pervers

  • Presque tous les patients âgés atteints d'une maladie virale viennent maintenant à l'hôpital au lieu d'être malades à domicile.
  • Nos patients les plus âgés atteints de COVID-19 sont maintenant transférés du centre de soins résidentiels à l'hôpital et intubés, où ils meurent dans la solitude. Au lieu d'aller tranquillement entouré de leur famille;
  • 15% du personnel soignant est à domicile par peur, d’un burn-out ou par suite d’un test PCR positif ;
  • L’efficacité de notre personnel infirmier a été divisé par deux par de nombreuses procédures de sécurité, par l'utilisation de combinaisons de protection (Ebola), par une gestion administrative accrue, ... ;
  • L'aide des innombrables bénévoles a presque cessé depuis le premier jour.

Et oui ! la pression sur nos soins a considérablement augmenté. Et oui, cette préoccupation doit être renforcée de toute u r g e n c e ! Après tout, cela dure depuis de nombreuses années. L'augmentation d'environ 800 lits COVID était une bonne première étape.

La figure ci-dessous resume tous les elements

Notez qu'à aucun moment, plus de 22% de la capacité n'a été consacrée aux lits COVID. Après l'augmentation du nombre de places en soins intensifs, le nombre de lits en IC n'a pas non plus dépassé 52%.

On s'attendrait en fait à pire compte tenu des nombreuses communications funestes, de la politique d'étranglement totalitaire de la restauration, de la culture et des indépendants et de la culpabilisation constante de nos jeunes.

Sur la page liens, il y est fait mention à un site qui rassemble différents articles de journaux des années précédentes sur les hôpitaux surpeuplés pour des épidémies de grippe et d’autres pathologies ...


..., Alors pourquoi y a-t-il tant de personnes ayant des problèmes respiratoires?

La statistique ci-dessous montre les causes de décès à l'âge de 65 ans et plus au fil des ans (2009-2017).



Le COVID-19 pourrait apparaître dans cette analyse et les maladies respiratoires (*abscisse rouge) et «autres causes naturelles» disparaîtront ?! Probablement aussi que d’autres pathologies telles que les maladies cardiovasculaires, les cancers, la grippe de cette année ... seront réattribuées au Covid19 ?

Il me semble très difficile d'indiquer de quelle condition une personne est décédée. Surtout si vous avez plus d'une condition.

L'image ci-dessous montre le nombre de décès ces derniers mois et indique combien de ceux qui sont décédés souffert d'une condition.



En moyenne, chaque 'COVID' décédé avait plus ou moins deux autres conditions. Dans les mois d'été, il s'agissait d'une moyenne de 1.5 troubles. Et puis il n'a pas tenu compte du fait que plus de 50% des personnes avaient plus de 85 ans. Les gens peuvent aussi mourir de vieillesse, semble-t-il ...

La principale conclusion ici est que nous pouvons arrêter de dire que des gens meurent de COVID. Les gens meurent avec COVID


..., Pourquoi alors la moyenne de mortalité est-elle passée de 0.97 à 1.11?

Cela aurait pu être prévu depuis un moment ! Une statistique générale de 0.97 implique qu'en l'absence de migration et d'immigration, le Belge moyen atteint 103 ans ... Même à 1.11, il est difficile de l’imaginer car cela impliquerait une espérance de vie à 91 ans alors qu’aujourd'hui, elle s’élève à 82 !


..., Pourquoi les experts ont-t-il alors déclarés que sans mesures « corona » dans notre pays, 60 000 décès supplémentaires se seraient produits?

Je ne doute pas que les experts Molenberghs, Hens, Van Damme, Van Laethem, André et Coppieters ont fait des estimations au mieux de leurs capacités sur base des données disponibles à l'époque. Quelques résultats peuvent être d’ailleurs lus ici. L'article paru en août dernier était basé sur les données limitées de mars et avril 2020 (liées au premier « Lockdown »). Avant cela, il y avait encore 120.000 décès et même 250.000 (~ le nombre de décès dus à la grippe espagnole)

Aujourd'hui, grâce aux tests massifs et à la politique de données ouvertes de nos institutions, nous avons une montagne d’informations à notre disposition. À la lumière de ces nouveaux chiffres, nous pouvons revenir sur cet article ...

Toutes les prédictions sont basées sur ce que l'on appelle l'IFR (à savoir, le risque de décès par infection au COVID). L'article affirme à ce sujet ce qui suit:

  • Le risque de décès après une infection Corona (IFR) dans notre pays est de 1.25% pour l'ensemble de la population et de 0,43% pour la population en dehors des centres de soins ;
  • Le pourcentage augmente avec l'âge. Il est de 0.0005% chez les 0-24 ans, mais passe à 2.2% dans la tranche des 65-74 ans et particulièrement à 12% chez les plus de 85 ans. [...]
  • L'IFR pour la grippe saisonnière oscillant autour des 0.1%.

Le 14 octobre, l'OMS a également publié une brève du Prof. Dr. Ioannidis qui déclare que l'IFR (médian observé) est de maximum de 0,23% et est probablement encore plus bas. Pour les personnes de moins de 70 ans, la médiane serait de l’ordre de 0,05%.

Il y a beaucoup de discussions à ce sujet sur la toile et rares sont ceux qui défendent un IFR général supérieur à 0,6%.

De plus, ce 0,6 est d’ores et déjà inférieur de 50% à la mesure présentée par de Molenberghs et co et pourtant, nous durcissons toujours les mesures !

Je préfère par conséquent rester en dehors de la discussion sur l’IFR parce que vous pourrez difficilement avoir un calcul correct. Tout d'abord, vos tests doivent être objectifs et, en plus, il doit y avoir un décalage dans le temps (les décès survenant quelques temps après l'infection). À des fins d'illustration, j'ai fait un calcul IFR rudimentaire par mois (# Décès / #cas).



Les mois de septembre et octobre sont les ratios IFR estimés les plus bas. Ce sont également les seuls fiables. Après tout, à cette époque, les tests étaient massivement faits et particulièrement objectifs car cela ne concernait encore que des groupes de personnes légèrement plus à risque (voyageurs, actifs dans les soins de santé, ...)

** Mise à jour du 29 janvier 2021. Une percée !!! **

En 2021, le WHO a accepté le 'papier' de John P A Ioannidis et inclus comme publication officielle. L'étude officialise ce qui a été dit ici à plusieurs reprises. L'une des observations les plus importantes est que, pour les personnes de moins de 70 ans, le taux de mortalité de Corona dans 40 emplacements variait entre 0,00% et 0,31% (médiane 0,05%); Dans le pire des cas, l'IFR est donc 4 fois inférieur à ce que prédit Molenberghs, à la médiane acceptée, l'IFR est 24 fois plus bas que ce que Molenberghs avait prédit...

** Fin de la mise à jour **



Pour couronner le tout. Le pourcentage d’infection est tout du moins aussi important que l'IFR. Des modèles encore plus complexes que le calcul IFR doivent permettre de fournir le nombre magique R0, l’indicateur fétiche de nos virologues ! Ils ne cessent de répéter qu'un R0>1 provoque une croissance exponentielle de la contamination. C'est tout à fait correct ! Mais là, à nouveau, de nombreux commentaires peuvent être faits!

Tout d'abord à propos de la discussion que tient Sciensano sur ce R0. La folie virale signifiait déjà un certain nombre de mises en demeure et une auprès du ministre Jan Jambon. Dans ce document, cette folie virale souligne le fait que la courbe R0 devrait en fait être avancée de 13 jours. Dans ce contexte, l'utilité d'un certain nombre de mesures est pratiquement perdue car le R0 est déjà <1 dans ce cas !

Le calcul correct du R0 est une tâche presque impossible à produire et serait uniquement réservée aux statisticiens professionnels. Cependant, vérifier l'exactitude d'une séquence R0 est pourtant relativement facile. Après tout, il suffit de recalculer les valeurs établies sur une certaine période avec les chiffres réels. Cela montre que Sciensano surestime le R0 entre 11% et 14%. Avec un retardement d'infection de 7 jours, le R0 inférieur peut être réduit à 6%.

Une simple correction linéaire de 10% des séquences R0 s'adapte beaucoup mieux et corrige déjà la période août-décembre 2020. Le diagramme ci-dessous montre une courbe mathématiquement plus correcte.




Cette statistique ne permet pas d’en discuter plus. Lorsque le secteur de la restauration a fermé le 19 octobre, le R0 avait déjà atteint son sommet et à la suite du second lock down du 2 novembre, nous étions bien en dessous de 1. Dans ce contexte le R0 (avec ou sans correction de 10%), ces deux mesures étaient de ce fait inutiles !

Mais il y a plus que ça! Actuellement, entre 11% et 16% de nos compatriotes (1.2M-1.8M) seraient testés positifs avec le test PCR (Aujourd'hui 6 Million de testes ont montrés que 587.000+ compatriotes sont infectés avec COVID). Le test des donneurs de sang le confirme également: 16,3% avec des anticorps dans leur sang!

Et ce sont beaucoup d '«infections»! Pour se rendre compte qu'avec le Rt de Sciensano le nombre de tests PCR positifs nous devons avoir commencé avec 70 000 personnes infectées à la fin du mois de mars, et nous sommes 8 mois plus tard et malgré tant des mesures, avec aujourd'hui presque autant de nouvelles infections qu'au commencement.

Alternativement, le Rt était structurellement de 1,1 de mars à décembre et nous avons commencé avec 1000 cas le 5 avril. Mais oui, cela signifie que le Rt du test PCR est différent du Rt de Sciensano.

Une autre façon de voir IFR ... Il existe probablement actuellement 1,5 million de moins de 65 ans. Dans cette catégorie, il y avait 1186 décès par COVID au 26/12. Ou 0,08% ...

Ici encore, ce sont beaucoup d '«infections» ! Et pourtant, avec toutes les mesures qui étaient en vigueur à ce moment-là !


..., Alors pourquoi le monde entier porte-t-il des masques?

C'est probablement la plus grosse farce de toute cette panique. Je ne suis pas un expert, mais si je comprends bien, les virus sont 100 fois plus petits que par exemple «la vapeur» comme pour le «vapotage». C'est-à-dire que nous pourrions comparer le `` virus '' à une voiture et le `` vapotage '' à un jumbo jet. Gardez cela à l'esprit et regardez cette vidéo hilarante .

"Les gouttelettes d'humidité sont le problême", j'entends dire. Et bien sûr, c'est quelque part correct... Pour les personnes qui ont peur de la contamination, c'est une aubaine que nous devrions couvrir nos parties du visage impures avec un "caleçon facial". Cependant, on parle de "l'utilité" d'un masque facial dans la lutte contre la pandémie ...

À ce jour, il n'est toujours pas prouvé que des personnes infectées asymptomatiques, ou même pré-symptomatiques, puissent transmettre le virus. Même l'OMS et l'ECDC confirment que ces quelques "études" qui le prouvent ne sont pas vraiment crédibles. Dans "Nature", une grande étude est apparue à la fin du mois de novembre, montrant que des symptômes asymptomatiques les patients ne transmettent pas Covid-19. Cela n'a donc aucun sens d'obliger les personnes en bonne santé ou les personnes infectées, mais sans symptômes, à porter un masque buccal, et encore moins à les mettre en quarantaine.

Il y a même des articles falsifiés de wikipedia sur les masques buccaux. Un bon exemple est une article de wikipedia sur les masques buccaux où des expressions "OMS" telles que L'OMS a recommandé le port de masques par des personnes en bonne santé uniquement si elles présentent un risque élevé, comme celles qui s'occupent d'une personne atteinte du COVID-19 être remplacé par des parties de texte telles que Les principaux experts en maladies et gouvernements représentant 95% de la population mondiale (y compris les CDC américains) sont d'accord avec la science et exigent / recommandent des masques car il est démontré que les masques en tissu (non médicaux) limitent la propagation du COVID-19 et cela par une organisation de lobby comme: https://masks4all.co/ (voir les révisions le 27/9/2020).

À l'origine, nos experts et virologues avaient vraiment une idée 'différente' des masques buccaux comme vous dans celui-ci peut afficher la compilation sarcastique
Aujourd'hui, les experts et virologues lâchent prise et défendent même les masques buccaux. Après tout, porter des masques faciaux est facile à "entretenir" ... Et cela donne un "sentiment de sécurité"


..., N'est-ce pas grâce aux mesures?

Il est évident qu’enfermer tout le monde apporte certains effets. Mais soyons honnête !

La surmortalité réelle (quelques milliers de personnes) s’approche de 90 à 95% chez les personnes qui sont en fait plus âgées que ce à quoi elles peuvent espérer de la vie pour les (82+). Que veulent-ils accomplir en enfermant 9,2 millions de personnes (généralement) en bonne santé dans leur chambre? Donner à ces quelques milliers de personnes vulnérables quelques mois supplémentaires de vie?

Au détriment de combien d'années de vie perdues en raison de soins réduits, de pauvreté accrue et de combien de cas de dépression cela va-t-il engendrer?

La statistique ci-dessous montre comment l'espérance de vie a constamment évolué au cours des 100 dernières années. De 54 ans en 1920 à environ 82 ans (ma meilleure estimation pour 2020: encore une augmentation même dans cette année de COVID-19). On voit aussi plus ou moins que la croissance de la prolongation de vie ralentit. Atteindons-nous progressivement une limite?


Nous notons également que jamais auparavant autant de personnes ne sont devenues plus âgées que cette «espérance de vie» moyenne de 82 ans. Plus de 512 000 personnes, soit une augmentation de plus de 110.000 (+ 28%) sur 10 ans. En fait, le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans a augmenté d'environ 100.000 personnes. C'est une augmentation de 42% sur 10 ans.


90 à 95% de la surmortalité réelle se trouve dans ce groupe de 82+ (5% de la population).

Un gouvernement peut-il enfermer 95% restants de sa population chez eux? Un gouvernement peut-il culpabiliser ses enfants et jeunes adultes et mettre un masque facial? Un gouvernement peut-il achever son secteur culturel? La restauration est-elle en train d’être étranglé? Le pluspart des commerçants et les professions de contact ont-ils été fermés? Pour donner à quelques milliers de personnes quelques mois supplémentaires de vie? Un gouvernement est-il autorisé à prendre des décisions sur de telles questions éthiques?

Il est compréhensible que le gouvernement ait pris des mesures générales en mars par peur et par ignorance. Mais que des mesures encore plus sévères soient imposées aujourd'hui, 8 à 9 mois plus tard, est totalement inacceptable. Les mesures doivent être efficaces et avoir un objectif direct. Ce n'est absolument pas le cas. L’accent doit être mis sur la protection et le soutien directs de nos personnes vulnérables et non sur l’invention de mesures drastiques qui pourraient avoir finalement qu’un impact marginal.

Une analogie intéressante est la suivante. Supposons que le gouvernement voit la nécessité de réduire le nombre d'accidents de voiture impliquant des personnes âgées. Elle examine 5 alternatives

  1. Elle oblige tous les 75 ans et plus à un contrôle biennal et élimine les conducteurs les plus dangereux
  2. Elle enlève à plus de 75 personnes leur permis de conduire
  3. Elle ferme toutes les autoroutes
  4. Elle interdit tout trafic
  5. Elle ne fait rien du tout
Evidemment, aucune option n'est parfaite:
  • L'action la plus correcte serait la 1ère option (1).
  • Une mesure très efficace, mais injuste serait la seconde option (2).
  • Les actions les plus faciles à appliquer seraient la 3ème et la 4ème option (3) et (4).
Dans ce dossier COVID-19, le gouvernement opte d'abord pour la quatrième mesure (4) et depuis à l’heure actuelle où je vous écris, la 3ème mesure (3). Pour le rendre acceptable pour les 11.4 millions de personnes le hashtag #touscontrecorona est lancé et une vidéo promotionnelle est publiée promessant que nous ne laisserons personne derrière.

J'aimerais que le gouvernement mette en place la 1ère mesure (1), mais si ce n'est pas le cas, je préfére qu'il n'agisse pas du tout (la cinquième (5)) plutôt que de prendre les troisième et quatrième mesures ((3) ou (4)) ...

... Sans culpabilité, je suis contre les troisième et quatrième mesures ((3) ou (4)) !!!

Et n'oublions pas que la prévention (bonnes routes, intersections sans conflit, pistes cyclables séparées ...) aide d'ailleurs encore mieux! Comme stimuler une bonne immunité aide également contre le COVID !


..., Alors pourquoi les jeunes de 65 ans meurent-ils de ce virus corona COVID-19?

Jusqu'au 25 novembre, cela concernait 1166 personnes (8 <25 ans et 82 <45 ans); Cela représente environ 10 décès pour 100 000 personnes. Ce sont encore ici des morts COVID-19, mais pas nécessairement «du» COVID; Cela étant dit, 10 décès restent encore plus de 3 fois moins que le taux de suicide (~ 32 pour 100.000) dans la catégorie des 65-.

Comme dit précédemment, il est indéniable de dire que ce coronavirus COVID-19 est une maladie virale assez désagréable. Cependant, il s'agit de tout regarder en perspective. Cela ne semble pas se produire depuis longtemps ...


..., N'est-ce pas la preuve que vous pouvez tout prouver avec des statistiques?

Oui, cela se dit parfois. Mais il n'y a rien de mal à faire certaines statistiques sur la base d'actions claires et transparentes. Le mantra dans ce site est de vous permettre d’affiner les analyses en fonction de l'âge et que vous devez également les examiner sur une période plus longue. À partir de là, vous pouvez conclure que 90 à 95% de la surmortalité réelle concerne des personnes qui vivent en réalité plus longtemps que ce que l'espérance de vie promet.

Je pense qu'il est intellectuellement beaucoup plus injuste de montrer un graphique qui sort la semaine entre le 6 et le 12 avril, puis crie au meurtre car il y a 100% de surmortalité par rapport à la moyenne annuelle, même si une telle semaine n’a jamais eu lieu dans l'histoire!


..., Alors pourquoi 2020 est-elle l'une des années les plus meurtrières et cette année est-elle même comparée à la grippe espagnole?

J'ai aussi entendu cette déclaration. Cela vient du virologue, professeur Van Gucht, qui l'a dit dans son discours quotidien sur COVID-19. Il a déclaré que 2020 est une des années les plus meurtrières depuis la grippe espagnole en 1918";

Bien sûr, il a raison sur la létalité de l'année. Nous avons 127,134 décès cette année, depuis 1918, année où il y a eu environ 157,000 morts.

Cependant, sinon il y a tellement de mal avec cette déclaration. Juste les points les plus importants

  • 2020 comptera environ 11.49 millions de citoyens contre ~ 7.6 millions en 1918, soit 50% de plus
  • En 1918, il y a eu 48,000 décès de plus que la moyenne des 5 dernières années, cette année, 16,600 personnes de plus sont mortes que la moyenne des 5 dernières années. C'est trois fois moins
  • En 1918, l'espérance de vie moyenne était de 51 ans, en 2020, l'espérance de vie est de 82 ans (soit 60% d'années de vie en plus!)
  • Cette année, nous pleurons 56,000 décès dans la catégorie des 85 ans et plus. Probablement plus de décès dans cette catégorie qu'il n'y en avait dans cette catégorie en 1910. Aujourd'hui, notre population de plus de 85 ans compte 335,000 citoyens ...
  • La grippe espagnole a tué quelque 50 millions de personnes. C'était 2,5% de la population mondiale à l'époque. À ce jour, environ 1,95 million de personnes sont décédées (avec?) COVID-19. Soit 0,0241% ou plus de 100 fois moins

Afin, toutes ces déclarations de nos virologues, de nos médias ou de nos décideurs politiques ... On peut dire que c'est carrément pathétique ...



..., Et nos virologues? Ils savent ce qu'ils font, non?

Oui, ils savent absolument ce qu'ils font. La question est de savoir si tout le monde sait ce qu'il fait ...

Par la présente, un film époustouflant avec le virologue van Ranst (lors d'une précédente campagne de vaccination), se vantant de la façon dont il manipule les informations pour amener les gens à suivre son histoire ...

Cela devient complètement hallucinant à partir de 1'50 "...

Vous pouvez trouver l'interview complète ici. Notez également comment MVR à 15h35 rend Wolfgang Wodarg ridicule en tant que quelqu'un qui vient interroger les virologues héroïques 'après coup'. Encadrement pur du MVR car Wodarg était déjà trois mois plus tôt à la fulminant contre le lobby des vaccins, même deux semaines avant le pic ...


Ok, je suis avec vous. Que puis-je faire?

Le meilleur moyen est également d'informer et de convaincre les autres.

En outre, l'équipe de la folie virale appelle tout le monde à se rassembler tous les mercredis à 20h00 pour le reste de l'année sur la place principale de votre ville pour appeler le gouvernement à rouvrir l'industrie hôtelière et à annuler toutes les mesures.

Enfin, l'équipe de la folie virale appelle tout le monde à afficher cette affiche

Si vous souhaitez également aider à promouvoir ce site, partagez le lien ou suspendez ces codes QR visibles quelque part.

Page suivante

Comment vous informer davantage?